Guadeloupe (2) : Basse terre

Plage sauvage Guadeloupe

2 ? Oui oui il y a bien un petit 2 entre parenthèses. Et oui, j’ai choisi de vous parler de la Guadeloupe en 2 articles car je parle des deux parties distinctes de l’île dans chacun d’eux. Si vous avez lu le premier – indispensable si vous voulez visiter correctement la Guadeloupe ;P – vous avez compris que l’île est partagée en 2 parties : Grande Terre au nord et Basse Terre au sud. Je parlerai donc ici du sud.

Vous savez également que celui-ci sera, du coup, plus dédié à la randonnée en forêt tropicale et à la baignade (snorkeling, plongée, farniente … appelez ça comme vous voulez, tant que l’on se comprend c’est le principal :P).

A quoi ressemble la côte de la partie sud de Guadeloupe ?

Bien que sur Grande Terre, la baignade soit plutôt risquée à cause du courant de l’océan et les plages plutôt rares de par ses multiples côtes rocheuses, vous aurez beaucoup plus de chances sur Basse Terre. En effet, les plages ici ne manquent pas, je vous donnerai donc mes quelques bonnes adresses surtout si vous comptez observer la faune aquatique.

Où apercevoir les tortues ?

C’est sur la côte ouest plutôt prisé que vous trouverez deux petits bijoux : la plage de Petite-Anse et celle, plus au sud, de Malendure. Ces plages paradisiaques sont petites et disposent donc de très peu de places surtout pendant les vacances scolaires cependant rien n’est impossible pour poser sa serviette ou ses affaires si l’on veut simplement faire du snorkeling, il sera juste difficile de se garer donc attention à ne pas venir aux heures de pointe des baigneurs habituels.

Et on comprend pourquoi quand on sait que l’on peut y apercevoir des tortues. Seulement il faut savoir où chercher et être plutôt bon nageur sans même avoir peur en haute mer.

Effectivement, il vous faudra nager assez loin et vous munir de vos palmes et tuba car ces coquines se cachent dans les profondeurs car elles se nourrissent tout simplement des herbiers sur le sable qui ont … exactement la même couleur qu’elles. Je vous souhaite alors une bonne partie de cache-cache 😛 Si celles-ci dédaignent à se montrer, vous trouverez tout de même de magnifiques poissons qu’on ne peut voir nulle part ailleurs que dans les Caraïbes, alors à votre GoPro 😉

Attention petite remarque à laquelle je tiens particulièrement :

NE TOUCHEZ PAS LES TORTUES SI VOUS AVEZ LA CHANCE D’EN VOIR !!! J’ai déjà fait la remarque dans l’article précédent mais je ne cesserai de le répétez … le simple fait de les toucher, enlève leur couche protectrice et malheureusement sans celle-ci, les bactéries se développent rendant malades ces beaux animaux aquatiques. Donc s’il vous plait, faites attention et faites le plus de prévention à ce sujet autour de vous : cet animal est malheureusement en voie de disparition donc si vous voulez en profitez encore le plus longtemps possible, faites-le mais simplement avec vos yeux, les images resteront gravées contrairement au toucher.

Quelles autres plages de Guadeloupe pour trouver la tranquilité ?

Vous trouverez au nord de l’île de nombreuses petites criques très sympathiques. Osez vous arrêtez au bord des routes où il n’y a personne, vous pourrez parfois être surpris, mais attention il faut dénichez les petits coins.

Vous pourrez également tombé sur d’autres criques à flan de montagne au sud. Celles-ci seront tout autant différentes, j’ai particulièrement apprécié l’Anse des Pères et sa longue étendue de sable noir avec la vue en arrière plan sur la forêt et les monts aux côtés du volcan de la Soufrière. Eh oui, le sable noir est un mélange de coquillages et de cendres ^^

Plage de l'Anse des Pères

Toujours tout au sud de la Guadeloupe, prenez le temps de passer à la pointe du vieux fort où la vue sur le phare et le petit kiosque amène à l’envie de pique-niquer. Si vous êtes aventureux, de nombreux poissons s’y cachent mais attention pas de plage ici, juste des rochers assez coupants donc prenez garde tout de même 😉

Pointe du vieux fort

L’inévitable virée pour les Saintes.

Ces petites îles également connues sous le nom de Terre-de-Haut et Terre-de-Bas sont toutes les deux faciles d’accès. Il vous faudra prendre le bateau au port des Trois-Rivières (au sud de l’île) mais attention venez très tôt le matin car les billets partent très vite, de plus vous aurez plus de places pour vous garer ce qui n’est pas négligeable ^^ Comptez 27.50€ l’aller retour pour 2x 15minutes de trajet.

Pour notre excursion à la journée, nous avons choisi de nous diriger vers Terre-de-haut plus touristique mais où les plages sont plus accessibles. Sur Terre-de-Bas, l’île est plus sauvage et donc plus propice aux petites randonnées. Cependant les paysages sur Terre-de-Haut nous ont sublimé.

Terre-de-Haut

Direction la plage de Pompierre pour y passer la matinée et y trouver un succulent petit restaurant qui ne payait pourtant pas de mine sur la route du retour. Attention si vous décidez de pique-niquer sur la plage, les iguanes – le chat local xD – viendront bien vous piquer un bout de sandwich.

Et oui, vous ne manquerez pas de voir des iguanes sur cette île. Sur la plage mais surtout dans les buissons en train de se faire dorer la pilule comme on dit 😛 C’est en marchant le long de la route pour aller sur la plage de Grande Anse que nous n’en avons compté pas moins de 38 … Ahah !! Oui oui vous avez bien lu xD Pour ce qu’il s’agit de la plage, vous trouverez des endroits très cosy pour vous y posez cependant attention la baignade n’est pas conseillé en raison des courants qui vous emmène vers le large sans avoir le temps de comprendre ce qu’il vous arrive donc si vous restez … Barbotez ! ^^

Plage de grande anse

La forêt tropicale ou l’esprit sauvage de Guadeloupe.

Assez parlé de plages, passons au vert ! Et pour cause, ce n’est vraiment pas ce qu’il manque sur Basse Terre. En effet, que ce soit pour des randonnées en pleine forêt tropicale afin de découvrir une chute d’eau ou pour une visite enrichissante afin de découvrir la flore et la culture locale, vous serez bien servi sur ce côté de l’île. Je vous parlerai donc ici des incontournables !

Les chutes du Carbet.

Ce doit surement être les chutes les plus connus de Guadeloupe, et on comprend pourquoi. Visible depuis la côte, on raconte que ce sont elles qui ont permis à Christophe Colomb de s’accoster sur l’île, celui-ci jugeant qu’il s’agissait d’un lieu convenable puisque de l’eau « sûrement » potable coulait d’une source et pourrait donc les réapprovisionner. Malheureusement cette eau ne l’était pas vraiment … potable =/

Et bien oui, puisque ces chutes coulent du cratère de la Soufrière, vous aurez donc compris que l’eau est donc pleine de souffre et je vous assure que même une pilule d’iode pour purifier l’eau ne suffit pas … (j’en ai fait le test dans les îles éoliennes donc c’est prouvé xD).

Comment les rejoindre ?

Pour y accéder c’est simple. Si vous venez de Pointe à Pitre prenez en direction du sud le long de la côte est, rouler jusqu’à Capesterre et vous apercevrez un panneau indiquant les chutes sur votre droite. Ensuite rien de difficile vous continuez toujours tout droit sur la route, même si elle vous semble interminable à travers la traversée de très petits villages et de champs divers mais oui, ça grimpe jusqu’au parking des chutes ^^’’

La 3ème chute est vite accessible, il vous faudra simplement descendre les marches depuis le parking. Malheureusement on ne peut pas mettre les pieds au bord de celle-ci contrairement à la 1ère chute du carbet.

Mais cette dernière se mérite et n’est vraiment pas de tout repos. Si vous n’avez pas l’habitude de randonner cela risque d’être très difficile. Le chemin est étroit, glissant et il faut souvent escalader alors imaginer un peu la descente … comptez 2h de montée et … 2h de descente. Et oui, comme je vous l’ai dit, ça glisse donc oublier le principe de la descente plus rapide que la montée ^^

En tout cas, je vous conseille sincèrement d’y monter car cette chute est juste magnifique surtout quand elle se dévoile de derrière les nuages … *-*

La Soufrière et la chute du bassin bleu.

Alors pardonner ce chapitre mais les deux n’ont strictement rien à voir xD Enfin il se trouve au même endroit sur la carte mais l’accès n’est absolument pas le même.

Vous arriverez au bassin bleu en passant par le sud de l’île par la ville de Saint Charles, attention la route grimpe sec. Alors même si celui-ci n’est pas extraordinaire je tiens tout de même à en parler pour les lecteurs qui ont une petite famille et des jeunes enfants. Car oui, le bassin est très facile d’accès pour tout âge, la randonnée est courte et plutôt sympathique car malgré tout en pleine forêt, ça ne pourra que plaire à vos loustics 😉

Le volcan de la Soufrière

Parlons maintenant de la Soufrière ! Comptez 4h de montée. Voilà !

Non je plaisante. J’ai juste un souvenir légèrement amer de ma montée sur ce volcan dans les nuages. Les deux semaines passées là bas ont été très nuageuses et certains jours, le nuage se dissipait. J’avais espéré que ce soit le cas le jour de l’ascension mais en vain. J’ai grimpé sous la pluie tout le long et même en attendant là haut, je n’ai absolument rien vu. Les aléas de la nature … c’est le jeu ^^

Pour y accéder, il faut également vous diriger vers le sud de l’île et plus précisément vers Saint Claude. A partir de là, de nombreux panneaux indique la route et le chemin pour arriver sur les lieux.

La soufrière guadeloupe

La route de la traversée.

Celle-ci porte bien son nom puisqu’elle traverse Basse Terre d’est en ouest (et inversement bien sûr). Elle a vraiment simplifié la vie des habitants en diminuant leur temps de trajet car faire tout le tour par la côte nord rallongeait vraiment de beaucoup.

Sur cette route, vous trouverez de nombreux petits trésors accessibles aux familles avec jeunes enfants notamment. Arrêtez vous à la cascade aux écrevisses pour pourquoi pas faire un petit saut dans l’eau (très froide cela dit ^^).

Continuez votre route vers la maison de la forêt où vous pourrez pique-niquer au bord de la rivière sauvage. D’ici débute de nombreux chemins de randonnées, plus ou moins longs.

En pleine forêt tropicale

Je me suis essayé à la plus longue qui remonte la route à travers la forêt mais j’ai rebroussé chemin au bout d’1h30 quand j’ai fais fausse route et que je suis littéralement tombée jusqu’au dessus des genoux dans une marre de boue. Cette chute m’a promu à une baignade forcée pour laver chaussures et pantalon avant de remonter dans la voiture. Cependant la randonnée était très apaisante, voici quelques photos de cette forêt des plus luxuriantes.

Soit dit en passant, vous ne croiserez vraiment personne par là si vous décidez de randonner. Que ce soit de genre humain ou animal. Et oui, l’avantage en Guadeloupe c’est que vous ne trouverez pas d’animal sauvage carnivore ni de serpent. Top non ?! 😛

La visite des plantations.

Fini les randonnées mais pas fini pour autant avec le vert. Rien de plus agréable et intéressant qu’une visite culturelle au sein des différentes plantations que l’on peut trouver en Guadeloupe. Vous pourrez visiter les plantations de bananes, de canne à sucre, de café …

De mon côté, j’ai choisi une plantation familiale dont la tradition se partage de père en fils. Nous avons donc appris comment cultiver la vanille, le café, le cacao et bien sûr les bananes dans le domaine de Vanibel à proximité de la ville des « Vieux Habitants ». La visite est vraiment bien expliquée et le guide sait rendre la chose intéressante également pour les plus jeunes. Ne partez pas avant la dégustation de leur café à la fin de la visite 😉

Bien sûr ce domaine en est un parmi tant d’autres, ce n’est vraiment pas ce qu’il manque en Guadeloupe, cependant je ne regrette pas d’avoir visité celui-ci 😉

Les jardins botaniques.

Si vous vous intéressez un minimum à la flore locale, n’hésitez pas à visiter un des nombreux jardins botaniques de Basse Terre. Ne vous précipitez pas sur le premier dont vous verrez la publicité car ils sont souvent plus chers. Personnellement je me suis dirigée vers les jardins de la Valombreuse où j’ai pu me promener dans des jardins d’orchidées, un bout de la forêt tropicale avec des écriteaux décrivant chaque arbre ou encore dans une magnifique palmeraie dans laquelle je suis vraiment restée longtemps ^^ Comprenez pourquoi …

Et voilà tous mes secrets sur la Guadeloupe.

Il en existe sûrement bien d’autres, en tout cas toutes les activités présentées dans ses deux articles ont été faites sur 10 jours mais si j’ai bien un conseil à vous donner ce serait : de prendre votre temps !!! J’ai souvent couru et j’aurai bien aimé passer plus de temps à certains endroits donc choisissez bien ce que vous voulez privilégierez.

En tout cas, FAITES la Guadeloupe à tout prix !!! Vous serez, je pense, tout aussi surprise que moi que ce soit pour le fait que l’île soit très peu touristique en février (début de l’été là bas), que l’on en prenne plein la tête au niveau culturel (oui c’est bien français mais je vous assure que ça n’a rien de français … et que pour le positif croyez moi !). Mais c’est surtout pour son côté sauvage que j’ai eu un vrai coup de cœur pour cette île, alors si vous êtes, ne serait ce qu’un peu aventurier, sautez dans un avion et venez découvrir cette si belle GUADA !!! 😛

* Marine *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :