Choquequirao : Comment visiter la plus mystérieuse des cités incas ?

Choquequirao, c’est cette cité inca encore méconnue du grand public … mais pourtant 10 fois plus impressionnantes que celle du Machu Picchu !! Mais alors pourquoi n’est-elle pas plus visitée ? Et bien, tout simplement car on ne peut y accéder qu’après 2 jours de marche …

Du coup, oubliez le tourisme de masse, appréciez l’âme inca que l’on ressent encore davantage et venez vous émerveiller devant le charme des ruines encore mieux préservées que celle du grand site reconnu par l’Unesco.

Je vous présenterai donc dans cet article tous les aspects pratiques pour rejoindre les lieux, vous raconterai la difficulté de ce trek mais également sa beauté incommensurable et vous expliquerai comment nous avons fait parti des premiers à nous rendre sur les grandes terrasses en contrebas de la cité.

Bienvenue à Choquequirao !!

Vue sur la place principale du Choquequirao

Comment rejoindre Choquequirao ?

Où se trouve Choquequirao ?

Et bien oui, avant de savoir comment rejoindre le site inca, il faut bien évidemment savoir le situer…

Celui-ci se trouve à 4h de route au nord-ouest de Cusco. On ne peut donc y accéder qu’en bus ou en taxi. Et le village le plus proche du début du trek se nomme Cachora.

Comment rejoindre le village de Cachora ?

Oubliez la course en taxi si vous voulez un transport à bas prix. En effet, peu de touristes se dirige vers cette destination du coup la course vous coûtera bien plus cher …

Prendre le bus avec la compagnie Bredde

Le plus simple reste donc de vous diriger vers la gare routière de Cusco au sud et d’acheter vos billets auprès de la seule compagnie allant dans cette direction –> Bredde.

Un billet Cusco – Abancay coûte 20 soles par personne (soit 5,5€). Cependant attention, précisez-bien au chauffeur que vous souhaitez vous arrêtez au croisement Ramal de Cachora !!

Jusqu’à ce point vous en aurez bien pour 3h30 de transport tout de même donc je vous conseille de prendre le bus en matinée (des bus partent à 6h, 8h, 10h et 13h tous les jours 😉 ).

Puis prendre le taxi

Une fois déposé au croisement Ramal de Cachora, il vous faudra continuer votre course jusqu’au village de Cachora en taxi. Et, pas de panique, vous n’aurez aucune difficulté à en trouver un puisque plusieurs chauffeurs se disputeront même pour votre course. N’hésitez donc surtout pas à marchander et négocier le plus bas prix car ils ne se priveront pas pour grossir leur tarif.

Au final, dans notre cas, ils nous énervaient tellement que nous sommes montés à bord d’un 4×4 qui partait en direction du village. Cela grâce à Arnaud et Lorena, un couple rencontré sur place qui partait aussi pour le trek du Choquequirao avec qui on sympathisera =) Le chauffeur nous fit un prix d’ami à 10 soles (2.5€) par personne le trajet.

Où dormir à Cachora ?

Vous aurez le choix car il existe de nombreux petits logements chez l’habitant à bas prix. Cependant nous avons fait le choix de nous faire plaisir avec un hôtel spacieux (grande chambre, douche bien chaude, terrasse et « restaurant ») avec une vue fantastique pour 32€ la nuit !!

Nous avons fait ce choix car le paysage était juste splendide et que nous savions que le trek allait être très difficile. Du coup nous voulions passer une bonne nuit avant de partir pour nos 4 jours de marche et récupérer avec une bonne nuit de sommeil au retour …

Voici l’adresse de la Casa Nostra !! 😉

Petit + : aucun souci pour laisser nos surplus de bagages =)

Comment revenir de Cachora à Cusco ?

Une information que l’on a beaucoup de mal à trouver !! Que ce soit sur internet ou des habitants du village … c’est la débrouille !

Si vous ne faites pas le trek avec une agence, vous n’aurez pas de transport privé alors je vous souhaite bon courage pour repartir.

Attention, je n’ai pas dit que c’était impossible !! Cependant, il vous faudra sûrement payer plus cher qu’à l’aller car vous ne pourrez avoir affaire qu’aux taxis et/ou locaux vous faisant payer le prix cher.

Faire du stop !

De notre côté, heureusement qu’Arnaud, le roi de la négoce, était là ;P En essayant de stopper un van touristique qui remontait vers Cusco, il nous a trouvé une voiture au carrefour de l’hôtel dont le chauffeur remontait vers le Ramal de Cachora. Pour 10 soles par personne, ouf !! Bon vu l’état de la voiture dont tous les voyants rouges étaient allumés on aurait pas mis plus xD

Continuer en taxi et « bus » local.

Par contre, une fois au Ramal, ne pensez pas à reprendre un bus comme à l’aller … Bah oui, dans ce sens n’imaginez même pas connaître les horaires de passage du bus ou même encore que le chauffeur de celui-ci s’arrête pour vous prendre …

Du coup, taxi obligatoire !! Et qui dit taxi hors des villes, dit gros fou au volant … on a bien flippé, on ne va pas vous mentir ^^ » celui-ci nous a déposé dans une ville un peu plus haut sur la route où nous avons pu continuer avec un transport local dans lequel nous étions 10 …

Et chanceux dans notre malaise sur la route, nous en avons eu au total pour le même prix que l’aller soit 30 soles au total. Top !

Le trek de Choquequirao

Début du trek de Choquequirao

Choquequirao est nommé par les Péruviens comme étant le trek le plus difficile de la région. Non pas par son altitude ou ses conditions météorologiques difficiles (quoique …) mais par ses dénivelés des plus impressionnants … Pour eux, le faire seul sans guide ni mule revêt du GROS challenge, on s’en est d’ailleurs vu félicité plus d’une fois par les habitants de la vallée et même par des guides croisés lors d’autres excursions … ^^

Alors je vous ferai la description du trek mais vous donnerez à la fin un conseil d’itinéraire mieux conçu pour prendre plaisir à fond. Car de notre côté nous sommes parti à pied de Cachora, chose que vraiment peu de monde fait pour partir de plus loin – directement du Mirador de Capuliyoc – et on comprend pourquoi puisque vous réduirez votre trek de 20 km ce qui n’est carrément pas négligeable …

En effet, de notre côté, nous en avons eu en tout sur les 4 jours pour :

  • 77 km de marche
  • environ 5200m de dénivelé positif (sii sii … ^^ »)
  • environ 4400m de dénivelé négatif (pas forcement mieux pour les articulations …)

On est bien loin du trek sympathique du Canyon de Colca ^^

1er jour du trek vers Choquequirao

Descriptif

  • Itinéraire : Cachora – Santa Rosa
  • Distance : 25 km
  • Durée : 6h30
  • Dénivelé positif : environ 600 mètres
  • Dénivelé négatif : 1500 mètres

Une 1ère journée en forme !

Après une bonne nuit reposante, au sein d’un paysage de dingue, on ne peut qu’être enthousiaste à partir. On est en forme et on en profite alors pour faire 25km ce 1er jour mais … quelle erreur !

Un début de randonnée calme

La 1ère partie de la journée est plutôt simple, un peu de montée, un peu de descente dans les chemins passant entre les fermes et les champs le tout dans un décor de montagne. Un premier aperçu très agréable puisque nous sommes seuls.

En effet, nous sommes les seuls à partir de Cachora, les autres randonneurs rejoignant directement le mirador de Capuliyoc en taxi car, de là, commence le « vrai » trek de Choquequirao.

De notre côté, nous ne regrettons pas car le calme et la découverte de la vallée nous apaisent.

Le seul moment qui nous lassera peut-être un peu, c’est quand nous rejoindrons la route pour rejoindre le mirador car on aura presque 5 km à faire le long de celle-ci.

Le mirador de Capuliyoc

Nous arrivons au point de départ du trek toujours en pleine forme –> les débuts forcement … ^^ »

Nous achetons le ticket d’entrée pour le site du Choquequirao à 60 soles par personne (~16€) obligatoire pour la visite de la cité. Attention à bien le garder sur vous car vous serez contrôlez une fois sur place.

Le mirador nous offre une vue fantastique et vertigineuse sur la vallée et el rio Apurimac en contrebas jusqu’où vous aurez le plaisir de descendre pour ensuite … tout remonter xD

Une fois le point de contrôle passé, vous arrivez enfin au départ du trek où vous pourrez commencer à apercevoir le tracé de l’itinéraire du trek dont la 1ère partie de la longue descente de 1400 mètres de dénivelé jusqu’au passage du pont.

Panorama début du trek Choquequirao

Une descente longue …

En effet, la descente de 1400 mètres sera longue d’autant plus qu’on apercevra que très tard la fin avec le pont passant au dessus de l’Apurimac …

La pente est raide et les articulations commencent à se sentir, la chaleur tape pleinement le flan de la montagne et nous prend à la tête, de plus le moindre coin d’ombre est déjà pris par d’autres randonneurs … les bouteilles d’eau se vident à une vitesse folle …

Heureusement que les paysages sont époustouflants …

Nous nous arrêtons pour manger un bon repas à Chiquisca pour 10 soles par personne et reprendre des forces avant la fin de la randonnée du jour qui nous semble encore loin.

Nous repartons pour 45 minutes de marche mais c’est pourtant usé que nous arriverons enfin à la rivière. On prendra alors le temps et le plaisir de tremper nos pieds brûlants et gonflés dans l’eau froide voire même de plonger entièrement dans une petite retenue d’eau un peu plus chaude pour Quentin ^^ »

Un dernier effort avant Santa Rosa

Le deal qu’on s’était donné, c’est que si on arrivait à Playa Rosalinas (le pont) avant 16h, on continuait jusqu’au campement de Santa Rosa pour éviter de faire les 1500 mètres de dénivelé positif en 1 seule fois le lendemain matin.

Heure d’arrivée au pont : 16h15 … bon et bah Deal accepté quand même !!

Mais en réalité, on aurait dû en rester là car on était loin de se douter qu’il restait encore une bonne heure et demie de marche sur une pente bien raide et que le camping serait rempli et disons-le clairement : répugnant !!

  • Les places de camping pas très entretenues …
  • Une seule douche sans lumière et les pieds dans la m**** à cause des toilettes dégueulasses juste en face.
  • La possibilité de manger … debout ou assis à terre. (Car le camping est tellement plein que le peu de places assises sont déjà prises).
  • Hyper bruyant !

Bref, ne dormez surtout pas à Santa Rosa !!

2ème jour de trek : jusqu’au camping Choquequirao

Descriptif

  • Itinéraire : Santa Rosa – Camping Choquequirao
  • Distance : ~ 9km
  • Durée : 3h
  • Dénivelé positif : ~ 1250m
  • Dénivelé négatif : ~ 200m

Un 2ème jour tempéré

Une montée sous le signe de la tempête

Hum … un matin dont on se serait bien passé … ^^ »

L’idée, c’était de se lever à 5h du matin pour pouvoir monter avec la fraîcheur du jour. Mais c’était sans compter sur la fatigue que Quentin s’est en réalité levé à 6h et que ça m’a agacé ! Du coup, on s’est bien pris la tête et on a vraiment commencé la montée que vers 7h30 … génial !! (Hum, j’avoue… signé Quentin)

Bon mise à part ce point, la montée est très raide, mais une fois qu’on a trouvé son rythme, elle se monte plutôt bien.

Le petit déjeuner étant très minimaliste ce matin là, on s’est donc arrêté au 1er campement à Marampata pour déjeuner vers 9h30.

Tracé 1er jour trek Choquequirao

En route vers le Choquequirao !! =D

La traversée du village de Marampata est des plus agréable. Posé en haut d’une crête, il est de toute part ensoleillé et la vie y abonde. Ce peut être également un très bon choix où dormir 🙂

Nous continuons notre chemin très doux en jambes parsemés de courtes montées et descentes jusqu’au camping.

Et on appréciera d’autant plus le chemin à partir du mirador Sunchupata où apparaitront au loin, les 1ères ruines du site inca Choquequirao. De nombreuses terrasses en contrebas et quelques ruines qu’on entre aperçoit au sommet du lieu.

Un émerveillement de surprise, notre 1ère rencontre avec le monde inca !!

Arrivée au camping

Nous arrivons au camping pour 12h alors décidons de planter la tente avant de manger pour repartir visiter une partie du site l’après-midi.

Le camping est plutôt spacieux, les sanitaires corrects mais le must est qu’il offre une superbe vue sur les montagnes et donne un accès très rapide à la partie basse comme haute du site de Choquequirao.

Visite des ruines basses du Choquequirao

Beaucoup de marches !!

Sur la partie basse de la cité Choquequirao on ne trouve que des terrasses. C’est donc en tout et pour tout encore 5 km de marche qui nous attendait à descendre jusqu’au lieu puis à vadrouiller entre les différentes terrasses et donc pas moins de 400m de dénivelé positif et le même en négatif.

Mais sincèrement Waouh !! N’hésitez pas une seconde c’est époustouflant !

Un lieu encore fermé aux visiteurs ?!

Euh … je crois bien que oui … Oups !!

En effet, aucune photo de ces terrasses sur le net, une porte ouverte qui devait normalement être fermée par un cadenas, la traversée d’un village d’architectes fantômes et aucune explication de cette partie ni sur Internet ni dans les guides …

En réalité, il s’agit d’un site qui est encore en état de « fouilles » donc normalement seuls les architectes ont le droit d’y mettre les pieds. Cependant, chanceux que nous étions, nous nous trouvions sur le site en pleine semaine de fête nationale … Or, au Pérou, quand c’est jour de fête c’est en fait semaine de fête, du coup personne sur le site !!!

Wouhouuuuuuuu, trop chouette !!!!

Une visite VIP

Bah en gros c’est vraiment ce qu’il s’est passé … On était absolument seuls sur le site, du coup on est revenu avec des clichés de dingue !!!

En voici quelques-uns dans la plus grande exclusivité !! 😉

3ème jour de trek : visite du Choquequirao et retour vers l’Apurimac

Visite de la partie haute du site de Choquequirao

La partie basse n’est que terrasses et d’après les archéologues, elles devraient relier la partie haute du site. Imaginez-donc un peu sa taille …

Effectivement, la cité, une fois les fouilles terminées, devrait être 2 fois plus grande que celle du Machu Picchu … Impressionnant non ?!

De plus, vous apprécierez d’autant plus car vous serez vraiment seuls contrairement aux 15 000 visiteurs journaliers du site inca le plus connu au monde et vous pourrez ressentir davantage l’esprit inca de par le calme, l’apaisement et la sérénité du Choquequirao.

La plaza principal et les ruines alentours

Les ruines sur la place principale sont beaucoup plus en état que celles du Machu Picchu. En plus, l’espace est vraiment très aéré, on prendra alors vraiment plaisir à se promener entre celles-ci en admirant la vue sensationnelle des vallées alentours. Certains en profiteront même pour méditer ou faire une séance de yoga … et on comprend vraiment pourquoi !

Les terrasses aux lamas

Elles sont la grande renommée du site. En effet, les incas ont introduits des pierres plus claires au sein des terrasses pour former des silhouettes de lamas.

Plutôt original, on aime les prendre en photos ou se prendre au jeu de poser à côté.

En descendant celles-ci, n’hésitez pas à continuer vers le petit mirador qui vous offrira une vue d’ensemble sur ces belles terrasses =)

Une visite qui restera gravé dans ma mémoire

Et bien oui, pour la petite histoire, le Choquequirao gardera une place des plus importantes dans mon cœur et cela durant toute ma vie. Non pas seulement pour la beauté de la cité mais également et surtout pour la demande en mariage que Quentin m’y a faite et à laquelle j’ai bien sûre dit OUI … =’D

Je ne vous en raconterai pas les détails mais ce fût un moment inoubliable ! C’est vrai au fond, une demande des moins classiques à 3800m d’altitude dans un lieu fantastique à l’autre bout du monde qui revêt de nos passions et de nos valeurs … que demander de plus ??

Te quiero tanto !!

Site archéologique Choquequirao

Retour vers Cachora

Le matin nous n’en avons pas moins marché … En effet, visiter un site archéologique inca demande de monter et descendre sans arrêt. Nous avons donc parcouru, uniquement le matin, 7 km avec un dénivelé positif de 550m tout de même …

Mais une fois rentrée au campement et après avoir rangé la tente et mangé, il fallait bien repartir, snif =(

Ce que nous avions descendu devait alors être remonté et inversement … Aïe !! :/

Descriptif

  • Itinéraire : Camping du Choquequirao – Chiquisca
  • Distance : 14km
  • Durée : 3h45
  • Dénivelé positif : 500m
  • Dénivelé négatif : 1500m

Qui dit descente ne dit pas forcement moins de fatigue !

En effet, si vous avez bien lu le descriptif de la montée du jour 2, vous vous souvenez qu’elle était raide et donc difficile.

Alors imaginez une montée raide, en sens inverse, ça devient une descente périlleuse. Les cailloux et le sol glissent sous les chaussures (merci les bâtons pour le coup) alors on est tout le temps sur la retenue et la lenteur pour éviter de se tordre un genou ou une cheville.

Mais alors ce fut des douleurs affreuses dans les articulations.

Imaginez-donc la courte montée jusqu’à Chiquisca … je n’en pouvais plus ! Alors comme il commençait à faire nuit, j’ai dit à Quentin d’avancer jusqu’au camping pour pouvoir monter la tente avant le coucher du soleil … Quand il eût fini et qu’il partait me rechercher, j’arrivais !! Bon timing ! ^^

Et je pense qu’on aura jamais autant apprécier une douche froide et un bon repas chaud à la Péruvienne x)

4ème jour du trek Choquequirao

Descriptif

  • Itinéraire : Chiquisca – Cachora
  • Distance : 17,5km
  • Durée : 5h
  • Dénivelé positif : ~ 1800m
  • Dénivelé négatif : ~ 200m

On a géré la montée !

Le flan de montagne sur lequel on devait grimper, on le savait, se trouvait en plein soleil à partir de 9h du matin … Le but c’était donc d’arriver avant 10h au mirador de Capuliyoc pour ne pas subir la montée comme nous avions vu certains le faire lors de notre 1er jour.

Nous avons donc replié bagage dans le noir dès 5h du matin (ce coup là, l’heure était respecté xP) (Oui oui, je confirme, signé Quentin), déjeuné à 6h et sommes parti aux alentours de 7h moins le quart : parfait !

Bon on aura fait un bout sous le soleil tout de même, mais uniquement la dernière partie que l’on voit s’abattre tel un mur devant nous au dernier air d’observation.

En tout cas on est arrivé en haut fatigué mais pas usé, ça fait plaisir !

Les 10km de trop ! =S

Bon pour les 10 derniers kilomètres, on aura vraiment pas fait les fiers … note pour la prochaine fois : écouter son corps !!

C’est vrai, on était bien une fois arrivée au mirador et on aurait dû en rester là pour rester sur une note positive …

Parce que ce dont on se souviendra c’est surtout qu’on a fini à la limite d’appeler les pompiers … On avait souvenir que cette partie était simple mais forcement le 1er jour on était frais … Mais en réalité, c’était les kilomètres de trop !

Les pas se faisaient de plus en plus lourds, la chaleur insupportable, les douleurs articulaires insoutenables et la tête commençait à tourner dangereusement … heureusement qu’ils nous restaient des bars énergétiques bien sucrés.

Bref, vous l’aurez compris, on se serait bien passé de cette fin de trek des plus douloureuses …

Et c’est là qu’on kiffera le lit douillet, la douche chaude, la terrasse ensoleillé et les pancakes au chocolat de la Casa Nostra durant toute l’après midi et la soirée !!

Longue route jusque Cachora

Itinéraire conseillé

C’est suite à notre expérience que nous pouvons vous partager l’itinéraire qui serait d’après nous idéal si nous devions le refaire …

  • Jour 1 : Cachora – Playa Rosalina
    (Parce que dormir à côté de la rivière Apurimac ça doit être très reposant et le site avait l’air vraiment sympa. De plus, la montée du lendemain est à l’ombre jusqu’à 11h en juillet-août donc pas de panique vous aurez le temps !)
  • Jour 2 : Playa Rosalina – Camping de Choquequirao
    (Monter le matin pendant 3 heures, posez-vous au très sympathique village de Marampata pour y déjeuner et reprenez tranquillement en début d’après-midi pour rejoindre le camping du site archéologique 😉 )
  • Jour 3 : Visite du site de Choquequirao
    Prenez la journée pour visiter le site qui en vaut vraiment la peine, autant les terrasses basses que les ruines hautes. Vous pouvez retourner en fin de journée vers Marampata pour que votre journée du lendemain soit plus calme.
  • Jour 4 : Choquequirao – Chiquisca ou Marampata – Chiquisca
    Si vous avez décidé de dormir au village pour que la 4ème journée soit moins longue, vous pouvez aussi faire le choix d’avancer plus loin que Chiquisca cependant je n’ai eu aucun écho du dernier camping se trouvant entre Chiquisca et le mirador de Capuliyoc …
  • Jour 5 : Chiquisca – Mirador de Capuliyoc
    Si la force est encore avec vous, alors vous pouvez continuer jusque Cachora à pied … La 2ème option si vous n’en pouvez plus, c’est de prendre un taxi pour rentrer à l’hôtel et profiter pleinement de votre après-midi farniente ^^

Un trek difficile mais incroyable !!

Non je ne dis pas uniquement cela car j’y ai accepté une demande en mariage mais le trek de Choquequirao c’est tout simplement du pur trekking comme on l’aime !!

Dépassement de soi, paysages époustouflants, sérénité en pleine nature, apaisement au sein d’une cité inca dans laquelle les émotions sont bouleversées et site archéologique exceptionnel et unique de par son esprit isolé du monde.

Malheureusement des projets touristiques du type construction d’un téléphérique ainsi que « Pass 2 sites » regroupant le Machu Picchu et le Choquequirao sont en prévisions. Alors même si les locaux de la vallée refusent pour l’instant la chose, on sait tous que cela arrivera un jour malgrè tout =/

Alors si vous aimez l’aventure et l’inoubliable hors des sentiers battus, n’hésitez plus et n’attendez plus pour venir apprécier ce joyaux inca avant qu’il ne soit trop tard !!

* Marine * (Relu par Quentin 🙂 )

(Article écrit en décembre 2019)

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :