Cascades d’Islande : Top 8 des incontournables à ne pas manquer !

Dettifoss, plus puissante chute d'Europe

L’une des principales raisons de visiter l’Islande est bien évidemment ses paysages incroyables et féériques. Et qui dit paysages féériques, dit landes à perte de vue aux mille couleurs et merveilles. Et alors qu’en est-il quand on y ajoute les cascades tant renommées de ce cher pays … ?! Un pur rêve !

Vous l’aurez donc compris, je vous emmène, dans cet article, voir les cascades qui m’ont bouleversé et que je recommanderai toujours plus à n’importe qui. J’en ai sélectionné 8 pour vous qui sont pour moi juste incontournables ! Et en prime pour ceux qui voyageraient en 4×4 une fois sur place –> une petite sélection bonus de celles que vous pourrez aller voir en exclusivité 😉

Points map du top 8 des cascades d'Islande

1. Gullfoss : la plus célèbre.

Aller en Islande sans aller voir l’une des cascades les plus connues du pays, c’est un peu comme … aller visiter Paris sans aller voir la Tour Eiffel ou le Louvre.

En effet, même si sa célébrité n’est pas aussi reconnue que nos monuments français, Gullfoss reste l’un des grands incontournables d’Islande.

Où se trouve t’elle ?

Rien de plus simple, elle se situe dans le cercle d’or dont les panneaux fluctuent depuis l’aéroport et Reykjavik. Il suffit simplement de vous diriger vers Geysir puis une fois arrivée sur site, de ne pas vous arrêter en continuant la route 35 en direction de Gullfoss.

Vous y trouverez 2 parkings : un bas et un sur les hauteurs où vous pourrez y trouver toilettes, restaurant et magasin. Pour celui du bas, il vous faudra prendre une petite route sur votre droite avant les parkings hauts.

Comptez environ 1h45 de route depuis Reykjavik. Deux options s’offrent alors à vous :

  • passer par le nord via le site de Thingvellir ou
  • passer par le sud et ses « grands axes » routiers

Pourquoi la compter parmi les cascades incontournables ?

Tout d’abord, elles sont gratuites – comme la plupart des cascades en Islande me dirait vous – mais donc pourquoi s’en priver ?!

Ensuite, parce que c’est l’une des plus spectaculaires du pays pour ce qu’il s’agit de la puissance et de la taille. En effet, elle est très large et forme une double cascade dont la 2ème tombe dans un profond ravin. De plus, le bruit assourdissant de ce mur d’eau est vraiment très impressionnant.

Les chutes de Gullfoss sont depuis 1975 classées réserve naturelle et … on comprend vraiment pourquoi =O

ps: bon malheureusement nous n’avons pas eu de beau temps ce jour là mais le lieu en vaut vraiment la peine même par temps gris 😉

2. Les petites cascades féériques de Kirkjufell.

Kirkjufell, c’est cette montagne conique mondialement connue sur le net. Tous les photographes aiment la photographier pour son aspect mystique et magique. Et quand on y ajoute les petites cascades juste en face, le lieu devient alors absolument féérique.

Où se trouve t’elle ?

Tout à l’ouest de l’Islande dans la province de Snaefellsnes. Il faut 2h30 de route pour y aller depuis Reykjavik. Oui autant dire que ce n’est pas « la porte à côté »…

Mais en même temps si vous comptez visiter les plus beaux lieux d’Islande, rien de mieux que de louer un véhicule et de partir à l’aventure faire le tour de l’île. Car si vous ne restez que quelques jours et voulez tout faire à partir de Reykjavik, vos excursions seront limitées aux plus connues et touristiques du coup …

De notre côté, nous avions pris un petit van aménagé 2 semaines pour faire le tour (l’article arrive bientôt, c’est promis 😉 ) dans le sens inverse des aiguilles d’une montre d’où le classement des cascades dans cet article dans l’ordre dont nous les avons faites.

Bref !

La province de Snaefellsnes en vaut vraiment la peine (1 à 2 journées suffisent) car il y a d’autres belles choses à y voir comme :

  • les phoques
  • la crevasse impressionnante de Raudfeldsgja
  • les concrétions géologiques d’Arnastapi
  • ou encore la célèbre montagne qui a inspiré Jules Verne pour son livre « Voyage au centre de la Terre ».

Pourquoi la compter dans le Top 8 des cascades incontournables ?

Comme dit plus haut, pour son côté féérique !! Il s’agit certes de toutes petites cascades comparé à beaucoup d’autres en Islande mais elles apportent un certain charme à la célèbre montagne cathédrale Kirkjufell.

Et puis entre nous … osez dire que vous n’avez pas eu l’idée de passer voir ce lieu faisant parti des plus photographiés en Islande … Ne vous inquiètez pas, on comprend pourquoi 😉

PS: pour les cinéphiles, on aperçoit la montagne dans « La vie rêvée de Walter Mitty » quand Ben Stiller fait du skateboard ;P (ou dans la 7ème saison de GOT)…

3. Dynjandi la majestueuse !

Je pense que c’est celle qui m’aura le plus ébahi : comment autant d’eau peut continuer à couler en permanence ?

C’est par cette cascade que l’on comprend la richesse de la nature Islandaise : l’eau en est à la fois sa grande force mais aussi sa grande faiblesse. Elle peut déplacer des montagnes – et c’est le cas de le dire puisque c’est elle, par ses cascades et torrents, qui crée les paysages par phénomène d’érosion – mais traduit malheureusement aussi le phénomène de réchauffement climatique car s’il y en a autant qui coule et se déverse, c’est à cause de la fonte des glaciers … =(

Bref, ceci est un tout autre sujet ! J’en reviens à Dynjandi la majestueuse … Pourquoi majestueuse ? Parce qu’elle en impose tout simplement ! Voyez par vous même 😉

La grande cascade de Dynjandi

Où se trouve t’elle ?

Là est malheureusement toute la complexité. Et oui, Dynjandi est belle mais elle se mérite dira t’on … Il vous faudra rouler des kilomètres et des kilomètres à travers les fjords du nord-ouest pour l’atteindre.

De notre côté nous y sommes allés en van … mais comme je vous le dis, c’est très long et il n’y a pas grand chose à voir si ce n’est des fjords à perte de vue. Qui soit dit en passant restent à apercevoir pour leur immensité et leurs paysages incroyables…

Si vous partez directement depuis Reykjavik, il vous faudra compter 5h de route.

De notre côté, faisant le tour de l’île en van nous venions de la province de Snaefellsnes. Vous pouvez d’ailleurs, en seconde option, partir directement de cette dernière en prenant le bateau, c’est une tout autre aventure qui vous permettra peut être de voir des orques qui sait ^^

Attention : autant vous prévenir, cette option est plutôt coûteuse. Je vous donne un petit aperçu ici (même s’il reste possible de trouver un peu moins cher …).

Pourquoi la mettre dans le Top des cascades Islandaises ?

Pour sa grandeur et son flux impressionnant et magique !

Qui pourrait ne pas tomber sous le charme d’un tel paysage ?!

Cette cascade n’a pas d’histoire particulière cependant, une fois à ses pieds, on se passera de mots … je vous laisse admirer 😉

4. Godafoss, la plus panoramique.

Si vous continuez votre route de l’ouest vers l’est, n’oubliez pas de passer à Godafoss avant d’arriver au lac Myvatn et ses activités géothermiques et volcaniques.

Où se trouve t’elle ?

Au nord-est de l’Islande sur la route entre Akureyri et Myvatn. Dans la région, vous trouverez beaucoup de choses :

  • Akureyri, la 2nde plus grande ville d’Islande.
  • Husavik, grand lieu de départ pour aller voir les baleines.
  • Dettifoss, la cascade la plus puissante d’Europe.
  • Ou encore le lac Myvatn et toutes ses richesses volcaniques.

Alors, soit, si vous ne venez en Islande que pour une semaine, c’est la région que vous zapperez car beaucoup trop loin de la capitale. Cependant, elle reste totalement incontournable si vous partez faire le tour de l’île.

Pourquoi la compter dans le Top 8 ?

C’est tout le paysage alentour qui rend Godafoss très photogénique. La verdure à ses côtés et sa grande largeur offrent des panoramas plutôt sympathiques. En plus, on peut même s’en approcher vraiment très près. Sa course continue à travers le champ de lave en contrebas de Bardardalur qui offre des belles concrétions géologiques.

On a alors des clichés tout aussi jolis =)

5. Dettifoss, la plus puissante d’Europe.

Bon, tout est dit dans le titre … si elle a une renommée, on va forcement la voir. Et sincèrement, je n’étais pas à l’aise en m’approchant de celle-ci. Quand on dit la plus puissante, ce n’est pas un mensonge !

Cette eau qui dévale avec un flux inimaginable (400m3 par seconde) fait froid dans le dos, surtout si vous y allez par temps gris. Soit la photo ne sera pas des plus belles mais c’est par un temps pareil qu’on se rend compte de la force de cette cascade.

Aucun doute, il faut absolument la voir ! =O

Où se trouve t’elle ?

Entre le lac Myvatn et les fjords de l’Est.

Mais là encore, y aller est un véritable challenge car il faut rouler sur une Gravel Road pendant une petite heure. Et alors quelle route … si vous n’avez pas de 4×4 bon courage !! Mais pas impossible attention … nous l’avons fait en van. Mais c’est 10 fois plus long et pénible, sachez le !

Bref, ne restez pas sur ce point négatif et allez-y ! Je vous montre ci-dessous pourquoi elle en vaut le coup d’oeil 😉

6. Svartifoss, la plus photogénique.

Svartifoss ou quelle photo vue sur Instagram ne m’a pas donné envie de partir tout de suite pour l’Islande ? Cette cascade est l’une des plus invraisemblables qui soit avec son décor géologique des plus mystérieux.

Où se trouve t’elle ?

Au sud est de l’île à Skaftafell, dans le magnifique parc national du Vatnajokull.

Le parc étant très connu, vous ne pourrez le manquez puisque tout a été organisé pour la visite avec un charmant parking payant bien sûr … pas cool ! L’idée serait alors de dormir une nuit au camping qui se trouve à ses pieds et qui est compris dans la camping card. (Attention ! Si vous voulez y dormir, veillez à venir très tôt dans la journée car il est vite plein et donc fermé …).

Comptez tout de même 4 heures de route depuis Reykjavik. Cependant si vous êtes parti quelques jours pour visiter le sud de l’île (là où il y a le plus de choses à voir), la destination fera partie de votre itinéraire donc aucun souci.

Pourquoi fait-elle partie des cascades incontournables d’Islande ?

  • Car elle n’est pas si loin de Reykjavik et facile d’accès contrairement à certains lieux touristiques de l’île.
  • Parce que la randonnée pour y aller est vraiment trop jolie et accessible à tous.
  • Pour son décor basaltique à couper le souffle !!

En effet, Svartifoss est entouré d’orgues basaltiques heptagonales noires (7 côtés) vraiment impressionnantes. Cette formation se produit quand la lave brûlante rentre au contact de l’eau très froide provenant de la fonte des glaciers.

Ces formations géologiques offrent un paysage des plus féériques. Je vous laisse admirer =)

7. Skogafoss, la plus incroyable.

C’est l’une des cascades d’Islande la plus visitée avec Gullfoss. Et en même temps, on comprend pourquoi… Son mur d’eau dévalant une grande falaise de 60m de haut impressionne et offre un spectacle incroyable quand on ose aller au plus proche d’elle.

Où se trouve t’elle ?

A 2 heures de route de Reykjavik sur la route 1 en direction du sud est. Autant dire que vous n’avez aucune excuse pour ne pas y aller …

Vous ne la manquerez pas car celle-ci est bien indiquée. De plus, le village de Skogar est plutôt très touristique entre ses musées, hôtels, campings mais aussi départ du grand trek du Laugavegur (ou arrivée selon le sens dans lequel vous le faites 😉 ) donc impossible de passer à côté.

Pourquoi est-elle dans le top des cascades d’Islande ?

  • Car elle clôture (ou commence) le trek incroyable du Laugavegur.
  • Parce qu’on peut monter là haut et même continuer un bout de chemin sur le trek qui laisse place à d’autres cascades aux panoramas tout aussi formidables.
  • Pour sa beauté tout simplement …

Regardez-moi un peu ça !! *-*

Skogafoss l'incroyable cascade Islandaise

8. Seljalandsfoss, la plus mystérieuse.

La petite dernière =)

La plus douce de toute, une fine cascade avec son filet d’eau qui se laisse envoutée par les vents. Elle n’est soit pas aussi impressionnante que d’autres mais fait partie de la catégorie féérie.

Ici, il ne s’agit que d’une « fine » cascade tombant de très haut mais le fait de pouvoir passer derrière ou tout simplement de pouvoir se photographier juste au devant avec sa belle verdure environnante rend cette cascade tout aussi charmante et c’est pour ça qu’on l’apprécie.

Où se trouve t’elle ?

Légèrement au détour de la route 1 pour aller vers Skogafoss (on la voit de la route circulaire). Soit la plus « proche » de Reykjavik, à 1h40 de la capitale.

Donc là aussi, aucune excuse pour y passer puisqu’elle fera partie de votre itinéraire des sites incontournables du sud.

Voici donc un peu de douceur pour terminer ce top 8 =)

9. Et les cascades Bonus alors ?

Non non, je ne les ai pas oublié. Alors je m’en excuse par avance car je n’ai pas de clichés personnels des cascades que je vais vous présenter ci-dessous. Et pour cause … nous n’avons malheureusement pas pu y aller puisqu’on ne peut y accéder qu’en louant un 4×4 (duster minimum !), la plupart se trouvant dans les hautes terres Islandaises.

Voici donc les petits bonus que je retournerai voir dès que possible soyez-en sûr !!

Et voilà donc que s’en termine le listing des plus belles cascades d’Islande. On ne peut qu’en prendre plein la vue et même si vous ne les faites pas toutes, vous tomberez forcement sous le charme de l’Islande et de ses paysages féériques.

Alors à vous l’aventure et la découverte !! 😉

* Marine *

(Voyage réalisé en juillet 2020)

PS : je n’ai pas tout cité, j’en suis consciente cependant si vous avez eu un autre coup de cœur quelconque, n’hésitez pas à commenter ci-dessous =)

La Capitale Parisienne et ses célèbres monuments

La grande basilique de Paris

Ville Lumière où chaque coin de rue laisse place à une petite merveille et où chacun de ses quartiers a son charme propre. C’est aussi pour cela qu’on aime tant se promener dans la capitale française, cette ville aux multiples et multiples cultures.

Je ne vous ferai donc pas ici une description complète de chaque monument (puisque j’en parle également dans un autre article) mais vous expliquerai ce que chacun a d’intéressant en vous donnant toutes les informations nécessaires. Alors à vos carnets, place à la présentation simple et rapide des merveilleux monuments parisiens 😉

Pssss ! Petite chose à savoir : visiter Paris avant vos 25 ans et presque toutes vos visites seront gratuites … le top 😛

Je t'aime écrit dans toutes les langues

Les lieux incontournables pour une vue panoramique sur la capitale.

L’avantage que peut offrir la ville lumière, ce sont ses nombreuses vues panoramiques. Que ce soit d’un monument ou d’un jardin, toutes sont à faire car chacune offre une vue différente sur la ville.

L’arc de Triomphe

Ne me demandez pas pourquoi commencer par ce monument je ne serais vous répondre … Il faut bien commencer par un premier x) Quoique … Et oui, la vue de l’arc de Triomphe est pour moi l’une des plus belles, même face à notre chère Tour Eiffel.

Alors oui, on peut monter en haut. Et ce n’est pas chose difficile … l’accès se fait sous terre via 2 des carrefours de la place de l’Etoile. Juste qu’au lieu de remonter au centre du rond-point pour aller observer le lieu de commémoration des soldats des guerres napoléoniennes, il vous faudra acheter vos billets à l’office qui se trouve juste avant de monter sous le tunnel. Vous ne pourrez la manquer.

. Informations pratiques :

Le monument est ouvert tous les jours de 10h à 22h30 (23h l’été) sauf les jours fériés. Comptez 12€ pour le tarif plein et 10€ le tarif réduit (pour les conditions c’est par ici 😉 ). Le monument est gratuit pour les moins de 25 ans ressortissants de l’UE bien sûr =)

. Visite :

Je n’ai pas souvenir qu’il y ait la possibilité d’une visite guidée ni même de grandes informations sur l’édifice. Hormis la vue panoramique qui est à couper le souffle, pas grand-chose. Mais elle vaut vraiment le coup d’œil car ce sera le seul endroit où vous aurez une vue sur tous les hauts monuments de Paris. On découvrira alors le quartier de la défense et sa grande arche, les Champs-Elysées, la Dame de fer, Notre-Dame ou encore le Sacré-Cœur.

Notre belle Tour Eiffel

Construite par Gustave Eiffel pour l’exposition universelle de 1889, la dame de fer nous charme avec son architecture bien à elle. Effectivement, si on l’aime tant, c’est bien pour son squelette métallique aux formes étranges mais aussi pour la vue qu’elle offre sur la capitale. On peut monter aux 1er et 2nd étages par les escaliers pour les courageux ou avec l’ascenseur. Le 3ème étage où l’on peut manger au restaurant, lui, n’est accessible que par ascenseur.

La belle Dame de fer

. Informations pratiques :

Le monument est ouvert tous les jours de l’année sans exception. Par contre pour les horaires et tarifs il y a beaucoup de variantes. Prenons donc les choses en deux fois.

Tout d’abord, l’accès via ascenseur ! L’accès se fait entre 9h30 et 23h45 (00h45 pendant les vacances de Pâques et d’été). Attention la dernière montée est programmée 45mn avant l’heure de fermeture. Côté tarif, comptez 16,30€ pour monter au 2ème étage (8.10€ pour les « jeunes » de 12 à 24 ans et 4.10€ pour le tarif enfant et handicap).

2ème option : les escaliers ! Il s’agit des mêmes horaires pour les vacances de Pâques et d’été. Cependant le reste de l’année les escaliers sont fermés dès 18h30 (oui oui vous avez bien lu). Quant aux tarifs pour grimper au 2ème étage toujours, comptez 10.20€ le tarif adulte, 5.10€ pour les jeunes et 2.50€ le tarif enfant.

Il existe d’autres options possibles comme monter au sommet de la Tour Eiffel et/ou combiner escaliers et ascenseur vous offrant un tarif moindre. Pour toute autre information, clic ici ! 😉

. Visite :

Bon, vous me connaissez bien, j’aime pas les machines donc c’est parti pour les escaliers ! 😛 Mais pour mon plus grand bonheur tout de même car on fait de chouettes photos dans les escaliers =)

Alors même si on ne voit pas tout Paris de là-haut, on ne ratera pas cette excursion car la vue sur le champ de Mars, l’esplanade du Trocadéro, la Seine ou encore les Invalides est sensationnelle !! *-*

On aimera bien évidement la prendre en photo d’en bas également pour s’amuser à mêler son squelette de fer avec la nature autour. On ne peut malheureusement plus aujourd’hui aller en dessous si on ne paye pas son ticket d’entrée, car les plans Vigipirate ont conduit à une construction fermée affreuse à ses pieds … Bref, passons, je vous offre quelques derniers clichés sans ces bâtisses infames.

La Cathédrale Notre-Dame de Paris.

Malheureusement à l’heure où je vous parle, les tours sont fermées jusqu’à nouvel ordre depuis l’horrible incendie qui a dévasté cette si belle cathédrale. 

Cependant la vue de là-haut y était très intéressante, on aimait s’y amuser avec les gargouilles et l’architecture propre à l’édifice. Au-delà de la vue sur la capitale, on pouvait apprécier les toits du monument à l’arrière ou encore se prendre pour le Bossu de Notre Dame ^^ Voici quelques clichés qui honoreront sa mémoire.

. Informations pratiques :

Si la reconstruction se fait vite, cela m’étonnerait beaucoup qu’ils ne réouvrent pas les Tours… En attendant, nous n’avions rien payé – étant jeunes de moins de 25 ans – mais le tarif plein était de 10€ à l’époque et de 8€ pour les tarifs réduits. Le billet pouvait être combiné avec la visite de la conciergerie sur l’île de la cité pour 5€ supplémentaire. L’accès était également possible tous les jours.

Cependant si vous ne pouvez plus y monter, la crypte ou le trésor se visite également. Quant à la cathédrale, elle, est libre d’accès 😉 Pour plus d’informations c’est par ici : la crypte ou la cathédrale.

Le Sacré-Cœur

. La vue du Sacré-Cœur

Alors… que l’on remette bien les choses en place (car je me trompais et confondez souvent et je ne pense pas être la seule xP) : le Sacré-Cœur est bien la Basilique catholique et Montmartre la butte sur laquelle elle se trouve ! Plus de confusions possibles 😛

Vous ne payerez pas l’entrée évidemment puisqu’il s’agit d’un lieu de culte libre d’accès à tous, tous les jours de l’année entre 6h et 22h30.

Mais on aimera monter tout en haut de la butte Montmartre pour admirer sa vue sur la grande et belle capitale. Vous n’aurez pas une vue sur tout mais elle est agréable de par son esprit vert et son ambiance conviviale.

. Le quartier Montmartre

Tant que nous sommes dans le quartier Montmartre, venons nommez quelques incontournables. N’oubliez pas de passer derrière la Basilique afin d’aller apprécier les chineurs et artistes sur la place qui n’hésiteront pas à vous caricaturer votre portrait ^^

Non loin de là également, on passera devant le « Mur des Je t’aime » où l’on verra écrit dans toutes les langues ces quelques mots. A vous de chercher celles que vous connaissez 😛

Profitez-en également pour flâner dans les rues à la recherche des charmantes petites boutiques de mode ou prenez plaisir d’entrer dans diverses galeries d’arts.  

Et si vous redescendez vers le boulevard de Clichy en direction du métro, n’oubliez pas de passer devant le célèbre Moulin Rouge 😉 Vous pourrez participer à un spectacle ainsi qu’un repas mais je vous préviens, ce n’est vraiment pas donné … En plus, il ne faudra pas oublier votre tenue de soirée dans votre valise ^^

Le cabaret du Moulin Rouge

Les galeries La Fayette

Et oui, autre petite découverte, les toits des galeries La Fayette sont accessibles et sont en plus très agréables l’été car du gazon synthétique y est posé ainsi que quelques fauteuils. Grimpez tous les étages des célèbres galeries qui vous mèneront au restaurant (style self-service) ou aux terrasses 😉

Ici donc, vous ne verrez pas beaucoup de monuments de Paris soit, mais vous pourrez apprécier les beaux toits parisiens et leur architecture bien à eux. La petite surprise sera de tomber également sur les toits de l’Opéra Garnier se trouvant juste en face.

Ce toit est connu pour y abriter de nombreuses ruches mais également des rapaces censés chassés les trop nombreux pigeons de la capitale.

Les beaux jardins de la capitale.

Outre le parc des Buttes Chaumont où l’on a également une très belle vue sur le Sacré-Cœur, le jardin des Tuileries face au magnifique palais du Louvre ou encore le Champ de Mars et sa vue sur notre belle dame de fer, il reste quelques très beaux parcs à visiter.

Les 4ème et 6ème arrondissements de Paris.

Il se trouve sur la rive sud de la Seine, un peu au-dessous de l’île de la cité. Souvent délaissé – car un peu plus à l’écart des autres quartiers bien plus connus – ce quartier bien plus paisible et loin du tumulte touristique n’est pourtant pas à oublier pour son petit charme vert.

. Le jardin du Luxembourg

On n’hésitera pas, par jour de beau temps, à venir se poser dans les beaux jardins du palais du Luxembourg. Cette ancienne résidence royale est aujourd’hui le siège du Sénat Français et, outre l’élégance du bâtiment qu’on aimera regarder, se promener dans son jardin luxuriant est très apaisant.

De plus, les grilles qui font le pourtour du parc, laissent souvent place à des expositions photographiques. Alors venez pique-niquer sur une des nombreuses chaises du parc laissées à disposition et profitez des chants des oiseaux.

Le beau et reposant jardin du Luxembourg

. Le Panthéon

A deux pas du parc, vous pourrez aller visiter le Panthéon. Ce célèbre mausolée du 18ème siècle dont la façade est ornée de colonnades est très connu de par les dépouilles des célèbres hommes et femmes français(e)s qui y reposent. Parmi celles-ci, on trouvera par exemple Voltaire, Emile Zola, Victor Hugo, Louis Braille ou encore chez les femmes Marie Curie.

L’édifice est ouvert tous les jours de l’année entre 10h et 18h (18h30 en période estivale). Pour les tarifs, comptez 9€ le plein tarif, 7€ le tarif réduit. Pour les moins de 18 ans et les 18-25 ans vivant dans l’un des pays de l’Union Européenne, c’est encore gratuit 😉

. La grande mosquée de Paris.

Je n’ai pas encore eu l’opportunité de la visiter mais elle est sur ma liste lors de mon prochain passage. J’en ai eu de très bons échos et d’après les photos que l’on peut trouver sur le net, elle est vraiment très jolie et respecte bien la culture et l’architecture arabe.

Pour la visite donc ça se complique. La grande mosquée est bien ouverte tous les jours entre 9h et 12h puis 14h et 18h sauf les vendredis et jours fériés musulmans (donc on se renseignera sur les dates du ramadan [et c’est là que – vous l’aurez compris – je me suis fait avoir l’année dernière xD]). Quant au tarif, rien de bien onéreux, l’entrée est à 3€ (plein tarif) ou 2€ (réduction étudiante, enfant et groupes). La visite est libre mais il est possible de la faire avec un guide sur demande via cette page 😉

. Le jardin des plantes.

Pour finir votre promenade dans le 4ème et 6ème, et si vous êtes passés à la grande mosquée de la capitale, le jardin des plantes, gratuit, se trouvera alors à deux pas. Il est ouvert tous les jours entre 7h30 et 20h. Par contre les horaires varient pour le jardin alpin et celui des iris et des plantes vivaces. Pour tout renseignement c’est ici 😉

Si vous êtes friand d’animaux et de science, dirigez-vous vers les opposés du parc. D’un côté vous trouverez le musée d’histoire naturelle et de l’autre la grande galerie de l’évolution. Je vous passe les détails, j’en parle dans mon article dédié aux musées parisiens 😉

Les jardins aux extrémités de la capitale.

Je ne pourrais malheureusement pas vous en dire beaucoup ici si ce n’est que citer d’autres parcs bien connus de la ville lumière. Je ne les ai pas encore faits, c’est vous dire combien de temps il faut dédié à la capitale française pour la visiter de fond en comble et correctement ^^

Il vous reste donc à vous promener dans :

  • Le parc de la Villette (au nord-est de Paris)
  • Le cimetière du Père Lachaise (à l’est)
  • Au Bois de Vincennes (au sud-est) où vous pourrez aller au zoo en famille ou encourager les jockeys sur l’hippodrome.
  • Ou encore au Bois de Boulogne (tout à l’est de Paris).

Ce sont de beaux espaces pour profiter en plein air de la capitale française. Si vous en avez cependant assez du grand air, la visite de musées s’impose ou alors, peut-être, aimerez-vous parcourir les catacombes. Mais cela, vous le découvrirez lors du prochain article sur les musées 😉

Alors, prenez plaisir à vous promener en attendant et surtout, profitez !

* Marine *

(Voyage réalisé en avril 2018)

4 jours sur Le trek du Laugavegur

Montagnes au départ du Laugavegur

Il apparait dans la plupart des beaux livres nature en tant que l’un des plus beaux treks au monde. Et pour cause, le trek du Laugavegur offre des panoramas à couper le souffle notamment grâce à son passage dans l’une des plus belles régions d’Islande : le Landmannalaugar.

Le trek du Laugavegur peut se faire en 6 ou 4 jours, selon si l’on s’arrête à Thorsmork ou non et peut se faire aussi bien dans le sens nord-sud que sud-nord. De notre côté, nous avons choisi la 1ère option pour terminer face à la mer mais c’est bien sûr sans compter ma grossesse que 4 jours m’auront finalement amplement suffit. Et oui, j’ai tout de même fait 4 jours en étant enceinte avec 13kg sur le dos … tout est possible 😉

Voici donc la présentation du trek entre le camping de Landmannalaugar et celui de Thorsmork avec toutes les petites explications à connaître telles que les diverses difficultés, les astuces pratiques mais surtout l’itinéraire détaillé avec dénivelé et kilométrage =)

Chevauchée dans le Landmannalaugar

Que faut-il savoir avant de faire le trek du Laugavegur ?

Comment rejoindre le départ du trek ?

De ce côté là, rien de bien difficile puisqu’il s’agit du trek le plus connu d’Islande donc toutes les infrastructures ont été développées pour le « tourisme ».

A peine arrivé le vendredi soir à l’aéroport, la navette nous dépose directement au bon endroit à la gare routière de Reykjavik (BSI Bus Terminal) pour acheter nos billets vers le Landmannalaugar pour le lendemain. Il faudra alors vous tourner vers la compagnie Reykjavik Excursions car globalement c’est la plus connue pour les tours et autres activités.

Mais attention !! Etant la plus connue et sachant que la plupart des touristes achètent les yeux fermés des tours « recommandés », il faut bien connaître les subterfuges de la compagnie. Ainsi plutôt que de prendre 2 billets aller (un pour le départ du trek à 51€ et un pour l’arrivée au même prix [soit 102€ au total]), il existe un hiking pass91€ par personne et donc moins cher …) proposant directement l’aller-retour.

La seule condition : réserver les dates des billets à l’avance !

Alors on sait bien que c’est toujours difficile de dire à l’avance quand est ce que l’on arrivera en fonction des différentes péripéties que l’on peut rencontrer lors d’un trek … cependant pas de panique !

Nous qui ne savions pas si nous allions jusque Skogar ou Porsmork, nous avons pu modifier notre billet en téléphonant à la compagnie. Par contre, il faut une bonne raison … comme pour nous par exemple, en raison :

  • des jours prochains météorologiquement dangereux (les Islandais ne rigolent pas avec ça car ils savent que la météo peut être très capricieuse voire dangereuse au point d’interdire l’accès à certains campings ou d’obliger les gens à dormir sur place en refuge jusqu’à ce que la météo se calme),
  • d’un accident arrivé en chemin (ou peut être simplement une femme enceinte incapable de continuer xP)
En avant pour le Landmannalaugar

Quels sont les différents points de départs ?

Si vous voulez commencer le Laugavegur depuis le nord, il vous faudra prendre la direction du camping du Landmannalaugar. Si vous voulez commencer par le sud, il s’agira de celui de Skogar. Les retours se font bien sûr également depuis ces différents points.

Le point intermédiaire est celui de Thorsmork. Mais ici attention car il y a 3 campings différents dans un périmètre de 5 à 8 km tout de même donc assurez-vous que le camping que vous choisirez dispose d’un point stop pour la compagnie de bus. Nous étions à celui de Husadalur (ou Volcano Huts) par contre – malgré le confort du camping – n’attendez pas de l’aide de la part de la réception pour votre retour car ce sont souvent des travailleurs « étrangers » saisonniers et ils nous disaient ne pas savoir si les bus passaient … ^^ »

Combien coûte les campings le long du trek du Laugavegur ?

Il vous faudra tout de même compter 15€ la nuit en camping par personne, comptez entre 40 et 60€ par personne pour dormir en refuge … Oui, l’Islande est cher comme tout autre pays nordique !

Vous pouvez tenter le camping sauvage cependant sachez qu’il est interdit, le Landmannalaugar étant une réserve naturelle protégée.

Itinéraire du Laugavegur, Islande

Quelles sont les difficultés du trek de Laugavegur ?

Le trek en lui-même n’est pas d’une grande difficulté surtout si on en a déjà fait auparavant et qu’on est quelqu’un de base plutôt sportif(ve). En effet, vous le verrez ci-dessous mais les dénivelés, le kilométrage et le tracé ne sont vraiment pas compliqués en soi. Mais alors qu’est ce qui fait que le Laugavegur n’est tout de même pas fait pour tout le monde ?

La météo !

Et oui, c’est l’un des points les plus capricieux mais autant le dire, ça l’est pour tout le pays et pas juste pour la région …

En effet, le climat nordique islandais change quasiment à toute heure, d’où la difficulté de se préparer convenablement pour une journée entière … Autrement, il arrive que quand le mauvais temps s’installe, il y a beaucoup de chance malheureusement pour que ça dure plusieurs jours de suite. Mais qu’entend-on par mauvais temps ?

Brouillard, pluie, vent …

Ouii et souvent les 3 réunies en même temps … C’est pourquoi je vous conseille de bien vous équiper (j’en parle ici) et SURTOUT de vous informer à chaque refuge de la météo du lendemain !!!

Si on vous dit de ne pas partir : ne partez pas !!!

C’est très dangereux, un homme en est même mort il y a quelques années en se perdant à cause du brouillard alors qu’il se trouvait à juste quelques mètres du refuge. Assez cocasse dirons-nous … — »

C’est également pour la météo que nous n’avons pas poursuivi entre Thorsmork et Skogar puisqu’il s’agit du passage le plus dangereux. En effet, le trek veut que l’on se retrouve « coincé » entre 2 grands glaciers dans un grand courant d’air et que vous partez pour 1000m de dénivelé positif puis négatif dans un chemin escarpé, rocheux et très glissant …

Donc vous l’aurez compris … regarder les prévisions et ne jouez pas à Rambo ! 😉

Si le trek n’est ouvert qu’entre mi-mai et mi-septembre et plus conseillé en juillet-août, ce n’est pas pour rien …

L’autonomie … à porter pendant 4 jours minimum !

Oui vous avez bien lu ! Vous n’aurez aucun ravitaillement entre Landmannalaugar et Thorsmork, et encore …

Vous en aurez mais à des prix faramineux genre 20€ le plat lyophilisé s’il en reste et niveau snack vous n’aurez pas grand chose de consistant à part des chips ou sneakers etc. Bref, c’est pas avec ça qu’on tient un trek.

Alors soit il est possible de réduire le nombre de jours de marche si vous êtes à l’aise (faire 2 étapes en 1 journée), ce qui permet du coup de prendre moins de repas avec soi. En tout cas, sachez-le, il vaut quand même mieux prévoir 4 jours d’autonomie complète au cas où la météo vous immobiliserait dans l’un des refuges …

Et qui dit autonomie nourriture, dit poids en plus dans son sac … Et quand on a déjà la tente et tout le nécessaire de camping bah on arrive vite à des sacs de 12kg malheureusement. Donc l’un des points difficiles de ce trek, vous l’aurez compris, c’est le poids du sac !!

Ps : depuis ce trek, Quentin s’est juré ne plus jamais porter de sac en trek et de passer uniquement par refuges (et non camping) ou van qui achemine le tout jusqu’à la prochaine étape … à voir si on saura mais j’en doute ^^ » bah oui le prix du refuge en Islande qui coûte près de 60€ la nuit ça fait réfléchir aussi xD

Les passages de guets !

Je les redoutais tellement avec mon syndrome de Raynaud … et finalement ça m’aura bien plu, cette aventure de plus !! xP

Les guets, ce sont ces grandes rivières très froides (entre 1 et 3°C) qu’il faut obligatoirement traverser pour rejoindre la suite du sentier –> bah oui ce serait pas drôle sinon.

Vous pouvez toujours tenté d’arrêter un 4×4 mais vous ne pourrez pas à chaque fois, surtout pour le passage du guet proche de Thorsmork qui reste le plus long et le plus haut.

La 1ère astuce pour les passer est bien sûr de regarder les randonneurs devant vous voire même de leur demander conseils (surtout s’ils sont accompagnés d’un guide qui connaît bien le coin) afin de savoir où passer pour avoir le moins d’eau possible. Car oui, ça peut parfois monter jusqu’à la taille…

2ème astuce : avoir le bon matériel ! Certains passent en tongs … perso je trouve ça super pratique seulement si on veut perdre l’équilibre … car il y a beaucoup de courant et on ne voit pas vraiment où on pose les pieds sur le sol très caillouteux. Donc pour le matériel je vous conseille :

  • des petites chaussures toutes souples qui ne prennent pas de place ou des aquatiques (qui sèchent très vite ensuite)
  • les bâtons de marche (pour l’équilibre)
  • un pantalon de randonnée modulable où l’on peut enlever les jambes (ça va plus vite)

Enfin, n’oubliez pas de détacher toutes les sangles de votre sac autour de votre corps car s’il tombe à l’eau il vous emportera avec … et tomber entièrement dans l’eau à mi-course et bien autant appeler les secouristes direct pour éviter l’hypothermie ^^ »

1er jour sur le Laugavegur

Descriptif

  • Itinéraire : Landmannalaugar – Hrafntinnusker
  • Distance : ~11km
  • Durée : 4h
  • Dénivelé positif : ~650m
  • Dénivelé négatif : ~100m

Pourquoi l’avons-nous fait du nord au sud ?

Et bien ce n’était pas notre choix de départ … mais ayant eu la bonne nouvelle de découvrir un mois avant que j’étais tombé enceinte, il fallait faire le parcours le plus aisément possible (1er trimestre très fatigant oblige) pour que je tienne le plus longtemps possible –> car on se doutait bien que faire les 6 jours seraient compliqués …

Du coup, quitte à ne pas terminer autant ne pas faire les 2 derniers jours entre Thorsmork et Skogar qui n’ont pas spécialement d’attraits particuliers si ce n’est terminer par la randonnée jusqu’à Skogar qui longe le fleuve permettant d’admirer les nombreuses cascades. Cependant nous avons trouvé la solution de faire ce jour d’étape en aller-retour depuis Skogar quelques jours plus tard pour compenser donc finalement nous n’avons rien perdu ;P

De plus, sachez que vous aurez plus de dénivelé positif dans le sens sud-nord que dans le sens nord-sud et ce n’est pas négligeable. En plus, nous avons trouvé certaines parties assez difficiles pour les randonneurs que nous croisions qui le faisaient dans l’autre sens notamment certaines descentes très raides dans la neige que nous, nous avions en montées (moins de risque de se fouler une cheville ou de glisser du coup …).

A la découverte du Landmannalaugar

Le truc de dingue quand on commence le Laugavegur par le nord c’est qu’on en prend plein la vue tout de suite. Et dire que 24h avant on était à l’aéroport de Bruxelles … 3h de vol, 1 courte nuit en guesthouse et 5h de bus plus tard, nous voilà plus que dépaysé face à un décor lunaire tout droit sorti de nul part.

Il n’y a rien … juste nous, d’autres randonneurs et la nature puissante et volcanique.

Panorama du camping du Landmannalaugar

La randonnée de ce 1er jour n’est pas très difficile … nous avons fait le choix de rester une nuit au Landmannalaugar pour tatter le terrain et les conditions météorologiques mais si vous le voulez, même avec le bus arrivant à 11h30, vous pouvez facilement vous embarquez directement pour le trek. Le prochain refuge se trouve 4h plus loin.

D’autres font le choix de dormir à Landmannalaugar et de faire une double étape le lendemain car effectivement le campement de Hrafntinnusker – vous le verrez sur les photos ci-dessous – n’est pas des plus reposant …

En attendant ce point, le tracé passe par des lieux magnifiques vous offrant par ci par là des points de vue à couper le souffle, je vous laisse admirer 😉

Pour ce qu’il s’agit du terrain, rien de bien difficile si l’on a de bonnes chaussures de randonnées qui montent à la cheville. Je vous conseille tout de même les bâtons pour certains endroits glissants et même encore davantage pour la suite.

Marcher sur les restes de glaciers

C’est bien là la surprise que nous n’attendions absolument pas !!

Moi qui n’avait encore jamais marché sur des « glaciers », ce fut d’abord l’angoisse qui me monta à la tête pour, au final, terminer sur une joie d’enfant qui jouerait dans la neige !! C’était tellement fun ^^

Panorama sur les hauteurs du Laugavegur, Hrafntinnusker

Cette neige vous accompagnera jusqu’à la fin de ce premier jour. Et vous serez peut-être vous aussi surpris à l’approche du refuge au milieu de ces hauteurs gelés dans une vallée plus que venteuse. On comprendra durant la nuit la grande importance des constructions de murs en pierres autour des tentes … ^^ »

C’est l’aventure après tout !! ;P

Campement Hrafntinnusker, Laugavegur, Islande

2ème jour sur le Laugavegur

Descriptif

  • Itinéraire : Hrafntinnusker – Alftavatn
  • Distance : ~12km
  • Durée : 6h30
  • Dénivelé positif : 240m
  • Dénivelé négatif : ~400m

Derniers pas sur le Landmannalaugar

La nuit a été froide, très froide … voire même glaciale !! Le vent malgré les murs de pierre passait sous la tente et se réchauffer était très difficile … quant aux sanitaires, je ne vous parle même pas de l’odeur … — » Mais pas de panique si vous comptez passer par là tout de même, lors de notre passage, ils étaient en train de construire un petit cabanon supplémentaire à l’abri du vent au moins pour manger. Ouf !

Mais, malgré cette nuit particulière, quel bonheur de se lever face à un paysage absolument magique !

Le tracé du Laugavegur se dessine sous nos yeux, il n’y a qu’à suivre. Et marcher sur ses landes féériques envoient vraiment du rêve !! Vous en aurez pour une bonne partie de la journée =)

Attention cependant aux crevasses !! Quentin est tombé dans l’une d’elles et il aura passé une soirée bien douloureuse quant aux répercussions physiques, ça ne sera apparut que 2 mois plus tard donc prenez garde …

C’est ensuite juste avant de quitter les plaines du Landmannalaugar que nous nous sommes arrêtés manger près d’un ruisseau à l’abri du vent. Très agréable =)

Les magnifiques panoramas sur le trek du Laugavegur

La descente panoramique jusqu’au lac Alftavatn

C’est après une petite grimpette que vous arriverez sur les dernières hauteurs face à un panorama de dingue donnant sur la magnifique lac d’Alftavatn.

En effet, le Laugavegur, pour chance, passe par un de ces beaux lacs Islandais dans lequel quelques uns aiment se lancer le défi fou de sauter entièrement dedans … à chacun son challenge après tout ^^

De ce point de vue, on quitte alors les belles plaines du Landmannalaugar en descendant avec jusqu’au bout le lac face à soi et pour le plus grand plaisir des yeux.

Le paysage change, là aussi pour un peu plus de chaleur et moins de neige. Si vous arrivez tôt dans l’après-midi, je pense que vous profiterez agréablement du camping vraiment sympa 😉

PS : en bas de la descente, il y a un 1er guet mais perso, on a réussi à ne pas enlever nos chaussures et à trouver un endroit où passer donc longer la rive et évaluez le terrain 😉

3ème jour sur le Laugavegur

Descriptif

  • Itinéraire : Alftavatn – Emstrur
  • Distance : ~16,5km
  • Durée : interminable ^^ » (bon pour être sérieuse … : 6h30)
  • Dénivelé positif : ~250m
  • Dénivelé négatif : 400m

Un début qui revigore le corps

Hum … mais pourquoi dont ?

Parce que vous passerez en ce début de journée pas un mais bien deux guets pardi ! Et le 1er, même pas 15mn après votre départ ^^

Première expérience froide … mais comme il est assez petit, on se dit « ohhhh mais si ce n’est que ça c’est hyper simple !! 😛 »

Moé …

Ce sera sans compter le 2ème qui nécessitera quand même un peu plus d’attention pour bien regarder où mettre les pieds et surtout par où passent les autres groupes ! Alors un conseil : au départ de votre journée, veillez à ne pas être trop loin d’un groupe 😉

Une fois passé les deux guets du début vous serez tranquille jusqu’au lendemain.

En tout cas, une chose est sûre, l’eau est froide ! Mais personnellement, je trouve que ça fait plutôt du bien aux muscles pour se lancer dans la journée qui vous attend 😉

Un désert de cendres puis … de nouveau un désert de cendres.

Franchement ce passage hyper déroutant où l’on aborde un virage après un désert dans lequel on marche depuis déjà plusieurs heures et où l’on tombe nez à nez avec … un autre désert à perte de vue … O.O

Mais prend le bloc dans ta tron*** quoi — »

Bon … sincèrement, ça fait vraiment cet effet là ! On l’a ressenti tous les deux de la même manière en tout cas. Et le pire c’est qu’on s’y était préparé car la soeur de Quentin nous avait prévenu « faites attention le 3ème jour est affreux, un désert qui n’en fini pas … ».

Moi qui en avait déjà fait l’expérience à Bromo, bah à côté c’était vraiment de la gnognotte ^^ »

Donc voilà vous êtes préparé à manger de la poussière pendant des kilomètres !!

Le pire … c’est que le paysage est plutôt beau et impressionnant en soi puisqu’on se croirait sur la Lune, et puis se dire qu’un volcan des environs pourraient se réveiller à n’importe quel moment apporte quelque chose de plutôt exaltant ^^

Mais c’est franchement long xD

Le campement apparait tel un oasis *-*

4ème et dernier jour sur le Laugavegur

Descriptif

  • Itinéraire : Emstrur – Thorsmork (Husadalur)
  • Distance : 17km
  • Durée : 7h
  • Dénivelé positif : ~500m
  • Dénivelé négatif : ~600m

Une journée longue mais malgré tout agréable =)

Mon réveil du matin laissait à désirer … en pleurs, mal absolument partout, fatiguée et pas dormi de la nuit avec tout ça –> conclusion : on s’arrêtera ce soir, bébé m’aura fait comprendre que j’avais déjà poussé trop loin … =/

Malgré ça, on y est arrivé, on l’aura fini ce trek de 4 jours avec 13kg sur le dos et un bébé en pleine croissance, je suis plutôt fière d’avoir réussi sous ces conditions à vrai dire =)

Bref, malgré la fatigue comme je le disais, la journée fut harassante et très lente mais plutôt plaisante car le paysage variait très régulièrement et c’était vraiment agréable surtout après la journée d’hier (on était content que le désert soit derrière nous ^^).

On repars pour un tout petit peu de désert jusqu’à arriver à une rivière absolument impressionnante de par sa force. Ici, il ne vaut mieux pas tomber … toute l’eau qui s’écoule du glacier est des plus rapide et puissante. Et le passage vraiment scabreux mais tellement aventureux =)

On arrive 30mn plus tard sur des plateaux à la vue lointaine des deltas que l’on commence à apercevoir. La végétation quant à elle est assez impressionnante et les plateaux rocailleux laissent deviner quelques trolls et légendes de ci et là ^^